Sauvegarde de la Création

Il est de plus en plus fréquent d'entendre que la préservation de l'environnement est une question de survie pour l'humanité (voir l'évolution de l'empreinte écologique mondiale sur la page Raréfaction des ressources). Mais, constatant la désaffection des jeunes pour la pratique religieuse, quelle qu'elle soit, j'ajouterais que c'est aussi une question de survie pour nos Églises. Il faut constater que « les attitudes qui obstruent les chemins de solutions, même parmi les croyants, vont de la négation du problème jusqu’à l’indifférence, la résignation facile, ou la confiance aveugle dans les solutions techniques. Il nous faut une nouvelle solidarité universelle » (encyclique Laudato si', § 14). Si nous ne parvenons pas à démontrer que nous, chrétiens, sommes sérieusement et concrètement préoccupés par l'avenir de la planète, c'est-à-dire par ce qu'il adviendra des générations futures (un être humain qui naît aujourd'hui a les plus grandes chances de vivre au-delà de l'an 2100, pensons-y pour nos enfants ou petits enfants), nous ne serons pas crédibles vis-à-vis de nos enfants et, face à la montée de l'indifférence religieuse, les chrétiens seront une espèce en voie de disparition, au moins dans les pays développés. Il est donc crucial que, au-delà des prises de position des autorités religieuses et des initiatives œcuméniques que je rappelle ci-dessous, les diocèses et les paroisses de France et d'Europe se mobilisent autour des questions environnementales et sociales (les deux aspects sont liés comme le montre l'encyclique Laudato si' du pape François). Je prie pour que les prêtres sensibilisent les fidèles par un commentaire adapté de la Parole de Dieu lors des homélies. Je rêve au jour où les initiatives autour de la sauvegarde de la Création, le grand enjeu du XXIe siècle, se multiplieront dans les paroisses, comme cela existe déjà dans certaines paroisses, où catholiques, protestants, orthodoxes et anglicans uniront leurs prières au cours de célébrations communes pendant le temps de la Création. Nous aurons ainsi créé les conditions d'un réveil religieux dans nos vieux pays chrétiens et, loin d'être une menace pour l'humanité, la sauvegarde de la Création peut être une chance pour l'Église, à condition que l'on se garde de tout jugement vis-à-vis des écologistes. L'Église est sans doute la seule organisation qui puisse proposer une vraie vision d'espérance. Elle seule a la sagesse nécessaire pour nous détourner du court-termisme et nous pousser à réduire les inégalités à l'échelle de la planète. La sauvegarde de la Création est aussi un projet œcuménique, qui représente une chance formidable pour l'unité des chrétiens, qui ont tous en commun la foi en un Dieu créateur.

Prises de position des autorités religieuses et enseignement de l'Église

François et Bartholomée

Les Églises chrétiennes prennent progressivement en compte la protection de l'environnement dans leurs positions depuis les années 1970.

En 1970, à l'occasion du 25e anniversaire de la FAO, le pape Paul VI déclarait :

« Mais la mise en œuvre de ces possibilités techniques à un rythme accéléré ne va pas sans retentir dangereusement sur l’équilibre de notre milieu naturel, et la détérioration progressive de ce qu’il est convenu d’appeler l’environnement risque, sous l’effet des retombées de la civilisation industrielle, de conduire à une véritable catastrophe écologique. Déjà nous voyons se vicier l’air que nous respirons, se dégrader l’eau que nous buvons, se polluer les rivières, les lacs, voire les océans, jusqu’à faire craindre une véritable « mort biologique » dans un avenir rapproché, si des mesures énergiques ne sont sans retard courageusement adoptées et sévèrement mises en œuvre. »

En 1971, dans la lettre apostolique Octogesima Adveniens (n° 21), le même Paul VI alertait déjà sur les risques liés à la pollution de l'environnement (Paul VI, un pionnier de l'écologie ?).

Lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain à Stockholm, en 1972, le message envoyé par Paul VI a été lu à l'ouverture de la première séance, alertant déjà l'humanité pour qu'elle substitue le respect de la biosphère à la poussée aveugle du progrès matériel :

« Mais comment ignorer les déséquilibres provoqués dans la biosphère par l’exploitation désordonnée des réserves physiques de la planète, même dans le but de produire de l’utile, comme le gaspillage des ressources naturelles non renouvelables ; les pollutions du sol, de l’eau, de l’air et de l’espace avec leurs atteintes à la vie végétale et animale ? Tout ceci contribue à appauvrir et à détériorer l’environnement de l’homme au point, déclare-t-on, de menacer sa propre survie. Il faut enfin relever avec force le défi lancé à notre génération de dépasser les objectifs partiels et immédiats pour aménager aux hommes de demain une terre qui leur soit hospitalière. »

(Message du pape Paul VI à l'occasion de l'ouverture de la Conférence ds Nations unies sur l'environnement sur le site du Vatican)

Le pape Jean-Paul II aura été un des grands penseurs chrétiens de notre temps en matière d'écologie. Depuis 1979, année où il a proclamé François d'Assise patron des écologistes, Jean-Paul II a écrit une vingtaine de textes sur l'écologie (cf Jean-Paul II, Les gémissements de la Création, vingt textes sur l'écologie, Parole et Silence, paru en 2006).

L'encyclique Sollicitudo Rei Socialis abordait en 1988 le thème de l'environnement. Elle indique qu'il « faut tenir compte de la nature de chaque être et de ses liens mutuels dans un système ordonné, qui est le cosmos », qu'il faut prendre en considération « le caractère limité des ressources naturelles, certaines d'entre elles n'étant pas renouvelables », et prendre conscience des « conséquences qu'a un certain type de développement sur la qualité de la vie dans les zones industrialisées » (Encyclique Sollicitudo Rei Socialis, n° 34).

Le 1er septembre 1989, le patriarche œcuménique  Dimitrios Ier de Constantinople a appelé à observer une Journée de la création le premier jour de septembre (début de l'année liturgique dans l'Église orthodoxe).

Jean-Paul II a aussi délivré un message fort en 1989 sur la responsabilité de tous devant l'importance des problèmes d'environnement. Il soulignait que la crise écologique est un problème moral.

Dès 1991, l'encyclique Centesimus annus alertait sur la responsabilité de l'homme en matière d'écologie :

« À côté du problème de la consommation, la ''question de l'écologie'', qui lui est étroitement connexe, inspire autant d'inquiétude. L'homme, saisi par le désir d'avoir et de jouir plus que par celui d'être et de croître, consomme d'une manière excessive et désordonnée les ressources de la terre et sa vie même. A l'origine de la destruction insensée du milieu naturel, il y a une erreur anthropologique, malheureusement répandue à notre époque. L'homme, qui découvre sa capacité de transformer et en un sens de créer le monde par son travail, oublie que cela s'accomplit toujours à partir du premier don originel des choses fait par Dieu. Il croit pouvoir disposer arbitrairement de la terre, en la soumettant sans mesure à sa volonté, comme si elle n'avait pas une forme et une destination antérieures que Dieu lui a données, que l'homme peut développer mais qu'il ne doit pas trahir. Au lieu de remplir son rôle de collaborateur de Dieu dans l'oeuvre de la création, l'homme se substitue à Dieu et, ainsi, finit par provoquer la révolte de la nature, plus tyrannisée que gouvernée par lui. » (Encyclique Centesimus annus , n° 37)

Le catéchisme de l'Église catholique publié en 1992 commente le septième commandement (« tu ne voleras pas ») de la façon suivante :

« Le septième commandement demande le respect de l’intégrité de la création. Les animaux, comme les plantes et les êtres inanimés, sont naturellement destinés au bien commun de l’humanité passée, présente et future (cf. Gn 1, 28-31). L’usage des ressources minérales, végétales et animales de l’univers, ne peut être détaché du respect des exigences morales. La domination accordée par le Créateur à l’homme sur les êtres inanimés et les autres vivants n’est pas absolue ; elle est mesurée par le souci de la qualité de la vie du prochain, y compris des générations à venir ; elle exige un respect religieux de l’intégrité de la création. » (cf Catéchisme de l'Eglise catholique, § 2415).

La doctrine sociale de l'Église comporte des recommandations sur la sauvegarde de l'environnement (cf Compendium de la doctrine sociale de l'Eglise, dixième chapitre, sauvegarder l'environnement). Elle comporte notamment le principe de la destination universelle des biens.

Le Respect de la Création

La commission sociale des évêques de France a également publié Le Respect de la Création (éd. du Centurion), qui est un opuscule d'une cinquantaine de pages publié le 17 janvier 2000 dans lequel ils appellent les chrétiens au civisme écologique et les rend responsables de la sauvegarde de la Création. Le christianisme est assez souvent accusé d'être responsable de la crise écologique, à cause du passage suivant de la Bible (Genèse 1, 28) :

« Emplissez la terre et soumettez la. Dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux. »

Dans ce document de la commission sociale des évêques de France, il est précisé :

« Dans un passé récent, les verbes « soumettre » et « dominer » ont été interprétés, dans certaines théologies du travail dans un sens trop dominateur, comme si l’homme était démiurge et jouissait de tous les pouvoirs… (§ 11) »

« Ainsi, l’homme n’est pas le maître absolu de la création. S’il a le droit d’en user, il n’a pas celui d’en abuser. Il doit en être l’intendant et le gestionnaire responsable. C’est une gérance qui lui est confiée afin qu’il la fasse fructifier et la rende habitable pour tous…(§ 12) »…

Le mouvement Pax Christi a créé une antenne « environnement et modes de vie », dont les travaux ont abouti à la publication, en juin 2005, en collaboration avec la commission sociale de l'épiscopat, d'un important ouvrage collectif : Planète vie, planète mort, l'heure des choix (Cerf).

Les 26 et 27 avril 2007, le Conseil pontifical Justice et Paix a organisé un séminaire sur le thème « Changements climatiques et développement ». Au sujet de la réflexion sur « les changements climatiques et le développement»", le pape Benoît XVI a lancé un appel au respect de la Création.

La pollution de l'environnement a été évoquée le 9 mars 2008 par Mgr Gianfranco Girotti, régent de la pénitencerie apostolique, comme une forme moderne du péché (cf Le Monde, 11 mars 2008, Le Vatican modernise la liste des actes considérés comme des péchés). Il a également insisté sur la dimension collective du péché, le péché social, alors que l'accent est traditionnellement mis sur la dimension individuelle.

Le 5 juin 2008, le Saint-Siège proposait un décalogue pour défendre l'environnement.

En 2009, l'encyclique Caritas in Veritate de Benoît XVI a abordé la question du respect de l'environnement :

« Le thème du développement est aussi aujourd’hui fortement lié aux devoirs qu’engendre le rapport de l’homme avec l’environnement naturel. Celui-ci a été donné à tous par Dieu et son usage représente pour nous une responsabilité à l’égard des pauvres, des générations à venir et de l’humanité tout entière. Si la nature, et en premier lieu l’être humain, sont considérés comme le fruit du hasard ou du déterminisme de l’évolution, la conscience de la responsabilité s’atténue dans les esprits. Dans la nature, le croyant reconnaît le merveilleux résultat de l’intervention créatrice de Dieu, dont l’homme peut user pour satisfaire ses besoins légitimes – matériels et immatériels – dans le respect des équilibres propres à la réalité créée. Si cette vision se perd, l’homme finit soit par considérer la nature comme une réalité intouchable, soit, au contraire, par en abuser. Ces deux attitudes ne sont pas conformes à la vision chrétienne de la nature, fruit de la création de Dieu. »

(Caritas in Veritate, chapitre IV, n° 48)

André Beauchamp, théologien et écologue canadien, a écrit, entre autres ouvrages, un livre en forme d'appel à l'Église catholique québécoise pour que celle-ci inscrive la question de l'environnement au cœur de ses préoccupations (cf André Bauchamp, environnement et Église, Fides, 2008).

Le 23 février 2009, Jean-Louis Borloo, ministre français chargé de l'écologie et du développement durable, a rencontré le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, en présence de plusieurs évêques, à la maison de la Conférence des évêques de France. Il a notamment invité l'Église à mieux communiquer sur la sauvegarde de la Création.

En juin 2015, quelques mois avant la Conférence de Paris sur le climat (COP 21), le pape François a publié l'encyclique Laudato si' « sur la sauvegarde de la maison commune», le document magistériel le plus important depuis le concile Vatican II selon le CERAS (voir ci-dessous).

Le 1er septembre 2016, à l'occasion de la deuxième journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, et dans le cadre du Jubilé de la miséricode, le pape François a proposé d'inclure la sauvegarde de la Création dans les oeuvres de miséricorde corporelles et spirituelles.

Consulter le livre suivant : 

Thomas Michelet, Les papes et l'écologie, de Vatican II à Laudato si', 50 ans, 50 textes, de Gaudium et Spes à Laudato si' (1965-2015), préface du cardinal K.A. Turkson, président du Conseil pontifical Justice et paix

Initiatives œcuméniques en faveur d'un temps pour la Création

 

Œcuménisme

En 1983, le Conseil œcuménique des Églises, lors de son assemblée de Vancouver, a lancé le programme « Justice, Paix et Sauvegarde de la Création » et a exhorté les Églises chrétiennes du monde entier à agir pour la planète et la justice sociale.

En 1997, le deuxième rassemblement œcuménique de Graz recommanda aux Églises de consacrer un jour à une fête pour la création.

Le 31 octobre 1999, le Réseau chrétien européen pour l'environnement (ECEN) a adopté une résolution lors de sa réunion à l’Académie Évangélique de Loccum, en Allemagne, pour que la période du 1er septembre au deuxième dimanche d'octobre soit considérée dans les Églises chrétiennes comme un « Temps pour la Création »:

« Nous proposons, que la période du 1er septembre au deuxième dimanche d’octobre soit observée comme un temps de célébration du Créateur et de la création. Nous avons noté avec intérêt que certaines Églises ont déjà commencé à utiliser cette période pour renforcer au sein des Églises la conscience de leur responsabilité face à la création. Nous suggérons que toutes les Églises introduisent cette période dans leur calendrier. »

Le 22 avril 2001, le Conseil des Églises Européennes (KEK) et le Conseil des Conférences Épiscopales Européennes (CCEE) ont signé à Strasbourg la Charte Œcuménique dans laquelle le § 9 est consacré à la Sauvegarde de la création :

« Nous recommandons d'instituer une journée œcuménique de prière pour la sauvegarde de la création dans les Églises européennes.
Nous nous engageons :
* à promouvoir le développement d'un style de vie, selon lequel, à l'encontre des pressions économiques et consuméristes, nous mettons l'accent sur une qualité de vie responsable et durable ;
* à soutenir les organisations ecclésiales agissant pour l'environnement et les réseaux œcuméniques dans leur responsabilité pour la sauvegarde de la création. »

En 2007, la Troisième Assemblée Œcuménique Européenne à Sibiu, en Roumanie, a proposé de célébrer un « Temps pour la Création » d’une durée de cinq semaines entre le 1er septembre (mémoire orthodoxe de la divine création) et le 4 octobre (mémoire de François d'Assise dans l’Église catholique et dans certaines autres traditions occidentales).

En 2015, l'Église catholique a adopté, comme journée de prière pour la sauvegarde de la Création, le 1er septembre, date déjà retenue par les orthodoxes depuis la proposition du patriarche Dimitrios Ier de Constantinople en 1989.

« Chrétiens unis pour la Terre » est un mouvement né à la suite des premières Assises chrétiennes de l'écologie (Saint-Étienne, novembre 2011), de la Journée de la nature de Saint Lambert (mai 2011), du colloque Écologie et Spiritualité à Sainte-Croix (juillet 2011), et de l’Appel aux évêques pour l’écologie (septembre 2011). Ce mouvement se compose de personnes qui veulent témoigner de leur engagement chrétien et écologique.

Le Conseil œcuménique des Églises a également lancé l'initiative « Jeûne pour le climat », qui a une dimension inter-religieuse. Elle consiste à jeûner le premier jour de chaque mois.

Pour aider les communautés chrétiennes à préparer le temps pour la Création (1er septembre au 4 octobre), les évêques de France ont établi une fiche qui contient des propositions :

  • textes bibliques ;
  • textes de la tradition chrétienne ;
  • œuvres musicales ;
  • intentions de prière ;
  • chants ;
  • pistes d'action individuelle ou en famille ;
  • en groupe, visite d'agriculteurs, de personnes isolées ;
  • sortie en groupe en forêt ou dans un lieu naturel...

Eglise catholique en France, Temps de la création : propositions pour les communautés chrétiennes

 

Certaines paroisses organisent pendant le temps pour la Création des conférences sur l'écologie, où des pèlerinages où sont abordés les questions de sauvegarde de la Création.

Encyclique Laudato si' du pape François

Laudato si'

L'encyclique Laudato si’ du pape François sur la « sauvegarde de la maison commune » est la première encyclique à traiter spécifiquement des questions liées à la sauvegarde de la Création, au développement durable, et à l'écologie intégrale. Elle a été publiée le 18 juin 2015 peu de temps avant la première journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création (1er septembre 2015), et quelques mois avant la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP21).

Dans cette encyclique, le pape constate les effets des activités humaines sur l'environnement (réchauffement climatique...), critique le court-termisme de notre civilisation, voit dans « la globalisation du paradigme technocratique » la cause de la crise écologique actuelle (voir aussi sur ce thème la page « Changement de paradigme » de mon site internet), se préoccupe de l'« inégalité planétaire » entre les pays du Nord et les pays du Sud et notamment des pays les plus pauvres, se montre attentif aux besoins des générations futures. Il rappelle à plusieurs reprises que tout est lié, en particulier les aspects politiques et économiques, les aspects religieux et scientifiques.

L'encyclique a été très favorablement reçue de manière quasi unanime par la communauté internationale. Le seul bémol concerne la question démographique. Deux chercheurs américains contestent le passage de l'encyclique sur le contrôle des naissances : « Il faut reconnaître que la croissance démographique est pleinement compatible avec un développement intégral et solidaire ». En effet, on voit mal comment la population mondiale qui a plus que triplé au XXe siècle, pourrait continuer sa croissance sur le même rythme au XXIe siècle.

Texte complet de l'encyclique sur le site du Vatican : « Lettre encyclique LAUDATO SI’ du saint père François sur la sauvegarde de la maison commune »

 

Consulter les livres suivants : 

Thomas Michelet, Les papes et l'écologie, de Vatican II à Laudato si', 50 ans, 50 textes, de Gaudium et Spes à Laudato si' (1965-2015), préface du cardinal K.A. Turkson, président du Conseil pontifical Justice et paix

Fabien Revil, Alain Ricaud, Une encyclique pour une insurrection écologique des consciences, Parole et Silence, 2015

Développement durable

Développement durable

Pour agir en milieu professionnel en faveur de la sauvegarde de la Création, il est nécessaire de bien s'informer. Le développement durable concerne les aspects « civils » de la sauvegarde de la Création. Je veux dire par là que c'est l'expression qu'il faut employer lorsqu'on s'adresse à quelqu'un en milieu professionnel, étant donné que la personne n'est pas forcément croyante. L'article « développement durable » de Wikipédia est consulté environ 500 000 fois par an. J'en suis le principal rédacteur. J'invite à le consulter, ainsi que les articles de Wikipédia directement ou indirectement liés aux questions environnementales et sociales (ainsi qu'économiques, puisque c'est le troisième pilier du développement durable), sans oublier les autres recherches sur la Toile et dans les livres. Bien sûr, il faut aussi activer ses contacts personnels.

Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création

Journée de prière

Le pape François a institué en 2015 une journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création. Il a repris la journée du 1er septembre déjà choisie par le patriarche  Dimitri Ier de Constantinople.

Pour la deuxième journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création en 2016, le pape François a publié un message dans lequel il rappelle que Dieu nous a donné la terre pour la cultiver et la garder (cf. Gn 2, 15) avec respect et équilibre. La cultiver « trop » – c’est-à-dire en l’exploitant de manière aveugle et égoïste –, et la garder peu est un péché. Il invite les chrétiens à accomplir des pas concrets sur la route de la conversion écologique, qui demande une claire prise de conscience de notre responsabilité à l’égard de nous-mêmes, du prochain, de la création et du Créateur. Il nous invite à faire notre examen de conscience en reconnaissant nos péchés envers la création, les pauvres et les générations futures, à nous repentir, et à confesser nos péchés contre le Créateur, contre la création, contre nos frères et nos sœurs. Il propose de faire de la sauvegarde de la Création une nouvelle Œuvre de miséricorde, à ajouter à la liste traditionnelle des œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. En conclusion, il nous invite à prier : « Ô Dieu des pauvres, 
aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux... »

Texte complet sur le site du Vatican : Pape François - Message pour la deuxième journée mondiale pour la sauvegarde de la Création

Initiatives des diocèses en faveur de la sauvegarde de la Création

Recherche Google : Initiatives des diocèses en faveur du temps pour la Création

Il y a des référents écologie :

Elena Lasida, chargée de mission « Écologie et société » de la Conférence des évêques de France, a appelé en juin 2016 à généraliser ces initiatives, de façon à ce que chaque diocèse ait un référent à l'écologie intégrale, qui soit accompagné par un chargé de mission à l'écologie intégrale en service civique :
Référents diocésains à l'écologie intégrale

Label Église verte

À la suite de l'encyclique Laudato si' et de la COP21, et à l'occasion des 10 ans du temps pour la Création, les Églises chrétiennes en France ont développé un label écologique pour les paroisses et les églises locales, à l'image des labels déjà existants en Allemagne, en Angleterre, en Norvège, en Suisse, en Italie et au Canada. Il s'agit du label Église verte.

la communauté doit établir un éco-diagnostic par le biais d'un questionnaire à choix multiples qui couvre cinq domaines :

  • les célébrations et la catéchèse ;
  • les bâtiments ;
  • les terrains de la paroisse ;
  • l'engagement communautaire et global ;
  • les styles de vie.

Ce label est porté par la Conférence des évêques de France, la Fédération protestante de France, le Conseil d'Églises chrétiennes en France, l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, soutenu par le CCFD-Terre Solidaire, le CERAS, le Secours catholique Caritas France, mis en œuvre par les associations A.V.E.C. (Accompagnement Vers une Ecoresponsabilité Chrétienne), et A Rocha France.

Site du label « Église verte »

Bibliographie

  • Thomas Michelet, Les papes et l'écologie, de Vatican II à Laudato si', 50 ans, 50 textes, de Gaudium et spes et Laudato si' (1965-2015), Artège, 2016
  • Fabien Revol, Alain Ricaud, Une encyclique pour une insurrection écologique des consciences, Parole et Silence, 2015
  • Laudato Si', édition commentée, sous la direction des jésuites du CERAS
  • Jean Bastaire (avec Hélène Bastaire), Le salut de la Création : essai d'écologie chrétienne, Desclée de Brouwer, 1996.
  • Jean Bastaire (avec Hélène Bastaire), Pour une écologie chrétienne, Cerf, novembre 2004
  • Jean Bastaire, Le gémissement de la Création : vingt textes sur l'écologie (de Jean-Paul II), Parole et Silence, 2006
  • Jean Bastaire (avec Hélène Bastaire), La création, pour quoi faire ? : une réponse aux créationnistes, éditions Salvator, 2010
  • André Beauchamp, Pour une sagesse de l’environnement, Novalis, 1992, 221 p.
  • André Beauchamp, Devant la création, éditions Fides, 1997
  • André Beauchamp, Environnement et Église, éditions Fides, 2008, 167 p.
  • Michel Maxime Egger, La Terre comme soi-même, Labor et fides, 322 p.
  • Falk van Gaver, L'écologie selon Jésus-Christ, L'Homme Nouveau, 2011
  • Gaultier Bès, Marianne Durano et Axel Norgaard Rokvam, Nos limites, pour une écologie intégrale, Le Centurion, 2014

Autres pages du site sur le développement durable

Les pages suivantes de mon site traitent également de sujets en rapport avec l'écologie, le développement durable et la sauvegarde de la Création :

  • changement de paradigme (commentaire sur la section « La globalisation du paradigme technocratique » de l'encyclique Laudato si', cause de la crise écologique globale).

Liens internet utiles

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site