Lutte contre le terrorisme

Au-delà des mesures urgentes consistant à déployer des forces militaires pour détruire les organisations islamistes radicales (DaechAl Qaïda,...), à créer un fichier PNR (Passenger Name Record, soit données des dossiers passagers en français) européen, à réviser l'article 16 de la Constitution française de 1958, à fermer les mosquées salafistes djihadistes, etc., il me semble que plusieurs actions, a priori peu coûteuses, doivent être engagées en parallèle :

  • intensification de la recherche sur les réseaux wahhabites qui financent la construction de mosquées où l'on trouve des prédicateurs qui sèment la haine (voir les études de Gérard Chaliand) ;
     
  • régulation de l'internet, la plupart des actes de terrorisme étant préparés par la circulation d'informations subversives sur le net, ce qui suppose que la communauté internationale fasse pression sur les grandes entreprises américaines du secteur des techniques de l'information ;
     
  • renforcement de la coopération entre les services de renseignement européens, la cible des islamistes étant maintenant centrée sur l'Europe, ventre mou de l'Occident (attentats de Madrid, Londres, Paris, Bruxelles...) ;
     
  • renforcement de l'arsenal juridique et révision de la loi relative au renseignement de 2015 avec, peut-être, un exposé des motifs plus clair ;
     
  • renforcement des accords militaires entre pays de l'Union européenne, en vue de faire émerger une Europe de la Défense indépendante de l'Otan ;
     
  • généralisation du service civique, en vue de renforcer l'appartenance des jeunes à la communauté française et européenne ;
     
  • renouvellement des enseignements d'histoire, en couvrant bien toutes les époques (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne, époque contemporaine), et la plupart des principaux pays d'Europe, en vue de renforcer l'identité française et européenne ;
     
  • enseignement du fait religieux, pouvant être couplé avec les enseignements d'histoire ;
     
  • renforcement de l'enseignement du français (compensé par une diminution des enseignements moins prioritaires comme les mathématiques) en vue de mieux intégrer les populations fraîchement immigrées ;
     
  • maintien de l'enseignement du grec et du latin, en vue de renforcer l'identité de la France et de l'Europe à travers leurs racines gréco-latines ;
     
  • renforcement de l'éducation  civique et morale , sans dérive laïciste ;
     
  • élaboration d'une véritable stratégie de puissance de l'Union européenne respectant les identités des différents États-nations, intégrant les dimensions militaires et économiques, indépendamment des États-Unis ;
     
  • intensification du dialogue interreligieux engagé par le concile Vatican II visant à identifier les tendances islamistes les plus radicales (quelles traductions et interprétations du Coran ?).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site