Utilité des mathématiques

Polémique suscitée par Luc Ferry

En 2018, le philosophe et ancien ministre de l'éducation Luc Ferry a suscité la polémique en déclarant que les mathématiques, à partir du niveau collège, n'avaient pas d'utilité dans la vie quotidienne.

Je dois confesser que, bien qu'ayant suivi une formation scientifique de haut niveau (classes préparatoires aux grandes écoles françaises d'ingénieurs, Polytechnique puis ENSTA), mon expérience me pousse à étudier soigneusement ce jugement critique du philosophe.

Je dois avouer en effet que, dans mon expérience professionnelle, je n'ai jamais eu à résoudre une équation du second degré, et même du premier degré, je n'ai jamais calculé une dérivée, ni une intégrale, je n'ai jamais fait de calcul matriciel, je n'ai jamais fait moi-même de calcul statistique ou probabiliste, je n'ai jamais eu l'occasion de faire une démonstration mathématique, comme je savais si brillamment le faire lors de mes études secondaires et supérieures. Pourtant, j'ai fait l'essentiel de ma carrière dans l'informatique.

Une utilité directe finalement limitée

Il est vrai que les mathématiques ne sont pas directement utiles dans la vie quotidienne et dans la vie professionnelle au-delà d'un certain niveau (que l'on peut situer au début du collège), pour une grande majorité de personnes. Certes, dans certains métiers très spécialisés, on peut être amené à utiliser des concepts mathématiques d'assez haut niveau. Je pense aux mathématiques financières, ou dans le domaine de l'écologie très en vogue, aux modèles mathématiques utilisés pour faire des calculs de dynamique des populations, pour identifier les facteurs de risque dans l'extinction des espèces par exemple, mais cela reste assez limité pour ce qui est du nombre d'emplois possibles. Toujours dans le domaine de l'écologie, on peut, à l'instar de notre ami Jean-Marc Jancovici, faire ce qu'il appelle des « calculs de coin de table » pour élaborer toutes sortes de graphiques pour démontrer que nous allons dans le mur en matière de réchauffement climatique à cause de l'utilisation des énergies fossiles, mais cela n'emploie qu'une personne dans l'espace francophone et ne nécessite pas un haut niveau en mathématiques, mais plutôt un sens aigu de l'argumentation, une habileté certaine à manier les outils graphiques, et sutout un solide réseau ! Loin de moi bien sûr l'idée qu'un comptable ne doive pas maîtriser ses quatre opérations, mais là encore, je ne pense pas que l'on ait besoin de mathématiques de haut niveau pour cela !

Pourquoi une telle place dans l'enseignement ?

En fait, les mathématiques sont plutôt un moyen de sélectionner les élèves pour distinguer ceux que l'on considère comme des « têtes bien faites ». C'est pourquoi les employeurs jouent le jeu, car ils pensent que les candidats ayant fait leurs preuves en mathématiques et dans les sciences dites exactes auront démontré leurs aptitudes à s'adapter dans des environnements professionnels complexes. Cette méritocratie est d'autant mieux acceptée par les parents d'élèves qu'ils voient dans les mathématiques un moyen d'offrir à leur progéniture des niveaux de salaire nettement plus élevés que la moyenne. Evidemment, les parents ont toujours l'aspect financier derrière la tête, et savent souvent le transmettre à leurs enfants lorsque ceux-ci montrent quelques dispositions dans cette science parfois ingrate.

Mais cela n'explique pas complètement cette situation dans laquelle les mathématiques tiennent le haut du pavé dans l'enseignement secondaire et une grande partie de l'enseignement supérieur, même dans des domaines où on ne les attend pas (médecine, commerce...). La raison essentielle tient à mon sens à une question de paradigme, que je développe dans la page changement de paradigme de mon site. En résumé, j'y explique que la controverse ptoléméo-copernicienne qui s'est déroulée dans la première moitié du XVIIe siècle autour du procès de Galilée (1633) a eu pour conséquence de discréditer la philosophie scolastique médiévale jugée trop spéculative (chapitre 6 du Discours de la méthode de Descartes) qui était enseignée dans les universités. Il fallait donc remplacer ces enseignements par une formation fondée sur les mathématiques et les sciences physiques. Le remède de cheval appliqué en France à la Révolution a été la suppression des universités en 1793 et la création de nouvelles écoles (École polytechnique et École Normale Supérieure en 1794, puis bien d'autres écoles au XIXe siècle). Ce changement de paradigme explique certainement le prestige qui entoure aujourd'hui les mathématiques dans l'enseignement et dans la société.

Les mathématiques : une formation de l'esprit ?

Cela l'explique, mais cela le justftie-t-il dans le contexte actuel de crise écologique qui s'installe durablement en ce début de XXIe siècle (réchauffement climatique, extinction des espèces animales et végétales, raréfaction des ressources naturelles fossiles et métalliques...) ? Or là, justement, je ne suis pas convaincu de l'intérêt des mathématiques. Tel Descartes à son époque, je me prends à douter, mais d'une façon très différente de nos ancêtres des siècles passés. Mon esprit critique se réveille.

Un ensemble de faits d'actualité et un ensemble de lectures, que j'indique dans la page changement de paradigme de mon site, me laissent penser que le paradigme de la physique classique est totalement dépassé, et que nous entrons dans un nouveau paradigme où l'explication des phénomènes par l'écologie tiendra une place centrale. Le théologien Jean-Claude Larchet pense en effet que, pour identifier les causes de la crise écologique actuelle, il faut remonter à la Renaissance du XVIe siècle, et considérer différents facteurs (il en décrit huit) tels que le rationalisme (cf Les fondements spirituels de la crise écologique). Dans cet ordre d'idées, les mathématiques peuvent rendre compte des aspects quantitatifs des phénomènes, mais pas des aspects qualitatifs. Or, lorsque l'on parle d'écologie, le qualitatif prime sur le quantitatif. En d'autres termes, il serait, selon moi, illusoire de croire que les mathématiques (de haut niveau s'entend) pourraient constituer une formation d'esprit adéquate pour résoudre tous les problèmes liés à la crise écologique, en tout cas telles qu'elles sont enseignées actuellement.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site